Junglefrag
18:55 Mercredi 23 Janvier 2019 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Avant d'éblouir le peuple en lui promettant de l'eau chaude, il faudrait donc lui fournir des récipients pour la recueillir.   Alphonse Allais
 
  Accueil Aide Rechercher Calendrier Membres Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Evénement(s) à venir
Pages: 1   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: [sandbox SPACE exploration nolife GAME] NO MAN'S SKY  (Lu 603 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.


[FoP] Sgreum

[Frag on Peace]
Special Force
Messages: 4069

Hors ligne
« le: 18:12 Dimanche 07 Décembre 2014 »

  

No Man's Sky est le chaînon manquant entre les sandbox interstellaires et les roguelike d'exploration avec générateur procédural de mondes.
Le jeu doit sortir sur PC, Panthaa de JV.com a fait une preview et pour le moment le jeu s'en sort pas mal. Sa force c'est son univers gigantesque et la capacité qu'il a à relier l'espace froid et infini et l'exploration de planètes sans temps de chargement, sans rupture dans l'espace temps. Le rendu graphique n'est pas vilain mais pas photo-réaliste non plus. Ça ressemblerait plutôt à the long dark ou Journey

Citation de: Play station Blog
Tête de proue du studio Hello Games, Sean Murray a donc voulu revenir sur son prochain bébé et sa récente présentation à la Gamescom, en donnant des détails sur la taille impressionnante de l'univers procédural de No Man's Sky. Avec notamment quelques chiffres assez hallucinants...

Chaque planète est liée à un chiffre aléatoire qui va tout définir. Un simple chiffre aléatoire génère chaque brin d'herbe, arbre, fleur et créature. (...) Ce chiffre définit vraiment le nombre de planètes que vous pouvez découvrir avant que les choses ne deviennent trop hors de contrôle. (...) Nous appliquons un système de 64 bits, ce qui fait 2 à la puissance 64... soit 18.446.744.073.709.551.616 planètes possibles. Même en découvrant une planète par seconde, il faudrait 585 milliards d'années pour toutes les trouver.

Voilà qui devrait rassurer tous les joueurs qui se posaient des questions sur les limites de ce principe de découverte "infini" de planètes... L'exploration et la découverte, justement, sont bel et bien selon Sean Murray l'essence même de No Man's Sky, comme il l'explique dans son post :

J'approchais de la surface d'une planète quand il s'est soudainement mis à pleuvoir. Quand je me suis posé, j'ai fait peur à un chevreuil qui s'est mis à galoper dans les bois entre les arbres. J'étais bluffé, parce que je n'avais jamais vu aucun de ces systèmes avant, mais aussi parce que j'avais l'impression de découvrir un nouvel endroit. (...) En bref, ce genre de moments résume ce qu'est No Man's Sky, à mon avis.

Mais en même temps, au delà de ces 18 millions de milliards de planètes à découvrir et de ce sentiment d'être un explorateur de l'espace, c'est plus probablement ce qu'on fera réellement dans ce vaste univers qui interpelle encore les joueurs. Mais qu'ils se rassurent : il y aura des choses à faire, même si cet aspect n'est que rapidement abordé par Sean Murray, sans détails ni explications :

Bien sûr, il y a du commerce, des combats, des armes, des vaisseaux et une trame de jeu, mais pour moi, vraiment, ce sont les moments calmes de découverte qui font tout le jeu.

A noter également que dans son article, le patron de Hello Games est d'abord revenu sur sa présentation du jeu à la Gamescom (lire le "à lire aussi" plus haut), et il semblerait que nous n'ayons pas été les seuls à avoir été un brin déçus d'entendre qu'il n'avait pas eu envie d'aller à Cologne, de ne pas en voir plus vu sur le jeu à cette occasion, et que ce soit revenu à ses oreilles :

(No Man's Sky) a suscité beaucoup d'intérêt et d'enthousiasme pour un jeu indépendant. J'ai même encore du mal à m'y faire. À tel point que je n'avais pas envie d'aller à la Gamescom. En fait, nous n'avions jamais montré le jeu aux médias européens et nous culpabilisions un peu.

Sony a mis une salle à notre disposition, j'ai fait une démo à 100 journalistes et j'ai fait une présentation un peu décousue... pendant laquelle je n'aurais apparemment pas regardé le public une seule fois Cry

Sans rancune Sean ! A vrai dire cet événement ne change en rien toute l'excitation qu'on peut avoir à la simple évocation de No Man's Sky, projet aussi intriguant et ambitieux qu'alléchant... et on ne désespère pas de le découvrir enfin plus en profondeur !

[Source : PlayStation Blog]

Citation de: JV.com
Voilà de quoi s'occuper un petit moment n'est-ce pas ? Sean Murray, le créateur de No Man's Sky, évoque la durée de vie de son jeu dans une récente interview publiée dans les colonnes d'IGN. 15 heures, 50 heures ? Non, il faudra plus de 5 milliards d'années pour faire le tour de toutes les planètes générées aléatoirement par le jeu.

L'aléatoire, voilà la réponse de ce chiffre astronomique. Le moteur du jeu utilise en effet un algorithme capable de générer un nombre hallucinant de planètes. Au départ, le jeune studio Hello Game utilisait une méthode de calcul basée sur un chiffrement 32 bits. Un joueur patient (et immortel) pourrait alors passer plus de 5.000 ans devant son écran pour explorer la totalité des mondes de No Man's Sky. Comme si cela n'était pas suffisant, Sean Murray et toute son équipe ont mis les bouchées doubles pour faire évoluer leur moteur vers un rendu 64 bits portant la durée de vie du jeu à un chiffre estimé à plus de 5 milliards d'années.

La question que tout le monde est en droit de se poser maintenant est la suivante : puisque quantité n'est pas forcément synonyme de qualité, quel sera le rendu au sol de toutes ces planètes ? Quid de la diversité des environnements ? Du bestiaire et des activités ? Si le jeu s'est montré discret durant la gamescom 2014, le studio déclare que de nombreuses annonces seront communiquées dans les prochaines semaines. Wait & see donc. Le jeu est pour rappel prévu pour 2015 sur PS4 et PC.

<a href="http://www.youtube.com/v/nLtmEjqzg7M&rel=1" target="_blank">http://www.youtube.com/v/nLtmEjqzg7M&rel=1</a>
Journalisée


Duncan

[Frag on Peace]
Special Force
Messages: 2293

Hors ligne

WWW
« Répondre #1 le: 19:12 Dimanche 07 Décembre 2014 »

Sais plus si je vous en avais déjà parlé.. mais je me réjouis de le tester aussi celui la..

Par contre, c'est uniquement du solo avec une couche multijoueur dans le sens ou certaines données de fond sont partagées.. genre qui a découvert quoi, le fait de faire exploser une montagne sur une planète.. mais je ne pense pas qu'il soit possible de de jouer a plusieurs ensemble l'un a coté de l'autre.. ou alors j'ai tres mal compris le gars dans l'interview que j'avais trouvé.. vais tenter de la poster ici..

en attendant, encore une autre vidéo
<a href="http://www.youtube.com/v/nmwG6Sj1Yfg&rel=1" target="_blank">http://www.youtube.com/v/nmwG6Sj1Yfg&rel=1</a>




edit: 2 vidéos.. l'une dont je parlais et une autre..


<a href="http://www.youtube.com/v/DbFebgl_Vq8&rel=1" target="_blank">http://www.youtube.com/v/DbFebgl_Vq8&rel=1</a>


<a href="http://www.youtube.com/v/5ToQGnddFRA&rel=1" target="_blank">http://www.youtube.com/v/5ToQGnddFRA&rel=1</a>



edit2 : y en a un paquet en fait
http://www.youtube.com/re...=no+man%27s+sky+interview
Dernière édition: 19:19 Dimanche 07 Décembre 2014 par Duncan
Journalisée

On est pas des lâches, mais on va rester groupés!!!


[FoP] Sgreum

[Frag on Peace]
Special Force
Messages: 4069

Hors ligne
« Répondre #2 le: 23:46 Dimanche 07 Décembre 2014 »

Ah flute ce serait vraiment dommage de ne pas pouvoir voler en escadrille avec les fopains.  evil
Journalisée


Duncan

[Frag on Peace]
Special Force
Messages: 2293

Hors ligne

WWW
« Répondre #3 le: 14:57 Mardi 09 Décembre 2014 »

Pour ca t'as Elite Dangerous  Roll Eyes  duncan
Journalisée

On est pas des lâches, mais on va rester groupés!!!
Pages: 1   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006, Simple Machines
TinyPortal v0.9.7 © Bloc
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.044 secondes avec 29 requêtes.